EN FR

Vérification du puits de carbone de l’Atlantique Nord-Ouest

L’Atlantique Nord-Ouest joue un rôle de premier plan dans le climat mondial en raison de la circulation méridienne de retournement de l’Atlantique (AMOC) et représente le puits de CO2 d’origine anthropique le plus actif de l’océan. Dans le contexte des engagements visant à équilibrer les sources et les puits de gaz à effet de serre, l’Atlantique Nord-Ouest offre un service écosystémique valant jusqu’à 60 milliards de dollars par an. Les puits sont vulnérables au changement climatique (p. ex., apport d’eau douce, changements dans les flux entre l’atmosphère et la mer), et la plupart des modèles à l’échelle mondiale ne permettent pas d’intervenir avec succès dans de telles régions où sont localisés les puits.

Le principal objectif du module consiste à mettre en place une démarche de « vérification régionale du carbone » reposant sur une combinaison optimale de méthodes d’observation et de modèles. Cela peut nous permettre de valider à l’échelon régional des modèles mondiaux d’absorption du CO2 qui sont requis pour l’« inventaire des stocks mondiaux » en vertu de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Le module permettra de compléter des observations de paramètres relatifs au CO2 émanant de diverses plateformes, d’évaluer la conception des systèmes d’observation et de combiner les données avec des modèles physiques et biogéochimiques en utilisant des démarches statistiques avancées, et ce en vue de fournir les meilleures estimations de l’absorption et du devenir du CO2. Une pièce maîtresse de ces activités sera une expédition plurimodulaire reposant sur l’utilisation de plusieurs navires, qui est prévue en 2019. Le module permettra aussi de mettre sur pied un groupe de travail international sur le puits de carbone océanique (composé d’économistes, de spécialistes des sciences politiques et de spécialistes des sciences naturelles), lequel sera chargé d’évaluer les répercussions d’un changement dans le puits océanique sur la politique internationale sur le climat, et de communiquer à ce sujet. Le module donnera lieu à une vaste « expérience sur la libération des traceurs » délibérée qui sera réalisée dans la mer du Labrador durant la phase II et qui permettra de retracer le membre inférieur de la circulation méridienne de retournement Atlantique.

Chercheur principal

Doug Wallace, Dalhousie University 

Collaborateurs: Kumiko Azetsu-Scott, Eric Oliver, Dariia Atamanchuk, Paul Myers, Brad deYoung, Thomas Trappenberg, Mike Dowd, Aldo Chircop et Meinhard Doelle.