EN FR

Visualisation de la réponse dynamique des communautés microbiennes aux changements dans la chimie et la température de l’eau

Le programme permettra de déterminer l’état actuel de la communauté microbienne (phytoplancton et autres microbes) le long de l’Atlantique Nord-Ouest et au point d’entrée de l’Arctique canadien, et de suivre la composition et l’activité de la communauté tandis que l’environnement est en profond changement.

Les expériences reposant sur des manipulations de variables permettront de déterminer la réponse de communautés microbiennes in situ à des changements synergétiques dans la température et les éléments nutritifs, lesquels représentent deux des conditions environnementales ayant fait l’objet de la plus grande partie des prévisions qui devraient prévaloir à l’avenir dans l’océan. Les observations comprendront des images à haute fréquence de microbes (p. ex., cytobot de flux d’imagerie, microscopes holographiques), la métaomique, la télédétection de la couleur de l’océan et les profils d’éclairement énergétique. La collaboration avec des partenaires internationaux permettra d’étendre la portée géographique de l’étude de Cape Hatteras à la mer du Labrador, couvrant ainsi la plage géographique qui touche l’écosystème pélagique de l’Atlantique Nord-Ouest. Les mesures seront reliées aux activités d’un partenaire dans le détroit de Fram, au nord et à l’est du domaine d’étude de l’Atlantique Nord-Ouest, ainsi qu’à la zone plus tempérée de l’Atlantique Nord-Est. La combinaison d’observations microbiennes le long d’un gradient de changement environnemental et d’expériences reposant sur des manipulations de variables permettent d’optimiser les efforts soutenus de surveillance de l’océan atlantique Nord-Ouest et du plancton, afin que l’on puisse fournir l’information nécessaire à l’élaboration et à la validation de modèles prévisionnels qui relient la fonction de la communauté microbienne à la réaction à vaste échelle de l’écosystème. L’élément central de cet objectif consiste en des démarches informatiques nouvelles de l’intégration multiomique et biogéochimique. Ces observations, expériences et plateformes d’analyse permettront à OFI de se positionner parmi les leaders dans l’océanographie microbienne et offriront un lien essentiel entre la biogéochimie de l’océan et la base requise pour la production de niveaux trophiques supérieurs.

Chercheuse principale

Julie LaRoche, Dalhousie University