EN FR

Permis social et planification dans les communautés côtières

Ce module vise à élaborer des mécanismes novateurs pour combler les lacunes qui existent actuellement dans la compréhension du permis social d’exploitation pour l’aquaculture en se concentrant sur trois composantes normatives de celui-ci (légitimité, crédibilité et confiance) et quatre niveaux de permis social (retrait, acceptation, approbation et identification au projet). En tant que concept, le permis social d’exploitation a été pour la première fois articulé pour le secteur minier, mais s’est rapidement étendu à d’autres secteurs intensifs en ressources, dont l’aquaculture. Le terme de permis social d’exploitation peut être défini comme étant la compréhension et l’expérience de la communauté au sujet des avantages et des impacts du développement des ressources. Il est largement reconnu que le permis social représente une pratique continue qui change au fil du temps. Le permis social d’exploitation, en tant que processus, est souvent lié à d’autres dispositions juridiques et réglementaires, et peut étayer celles-ci, qui comprennent les évaluations d’impact (social et environnemental), la responsabilité sociale d’entreprise, les systèmes de certification de la durabilité et les programmes d’avis aux consommateurs. Bien que le permis social soit fréquemment cité en tant qu’objectif clé dans les documents stratégiques provinciaux et nationaux canadiens sur l’aquaculture, et représente un paramètre important des préoccupations internationales concernant l’aquaculture, il demeure mal défini pour ce secteur clé de l’économie maritime. Le but du module est de faire progresser les connaissances sur le permis social dans le domaine de l’aquaculture en établissant les attentes et les rôles des intervenants participant à l’atteinte d’une aquaculture durable et en mettant au point et en œuvre des outils qui permettent d’optimiser et de traduire les connaissances de sorte que la série complète de facteurs ayant une incidence sur le permis social d’exploitation puisse être mieux comprise et les résultats, mieux prédits grâce à cette compréhension accrue. La recherche proposée dans ce module contribue de manière importante à l’objectif d’une aquaculture durable de l’Ocean Frontier Institute.

Parmi les principaux objectifs de la recherche intégrée visés par notre équipe interdisciplinaire de chercheurs et d’intervenants figurent les suivants : i) faire progresser les mécanismes permettant d’améliorer le leadership mondial sur la théorie et la pratique d’une aquaculture durable avalisée par la société; ii) anticiper et traiter les dangers en matière de santé et de sécurité au travail durant le travail sur les zones marines et côtières associé à l’aquaculture et les interactions avec d’autres utilisations du milieu marin; iii) améliorer notre compréhension de trois autres domaines de préoccupation qui touchent le permis social, notamment les poissons d’élevage fugitifs, la production de déchets et la relation entre l’aquaculture et la pêche commerciale; iv) combler une lacune importante dans notre compréhension de la capacité de charge écologique et sociale pour l’aquaculture des poissons à nageoires afin de mieux prédire la faisabilité de la localisation de sites; v) mobiliser les connaissances sur les processus, les paramètres et les outils de mise en œuvre qui sont essentiels si l’on veut obtenir un système de planification spatiale maritime communautaire adaptatif et dynamique pour une aquaculture durable, avalisée par la société. L’un des résultats clés de cette recherche sera d’intégrer ces préoccupations particulières de la recherche sur le permis social dans un cadre élargi pour une aquaculture durable avalisée par la société.

La recherche permettra de produire de l’information vitale au plan régional pour un secteur de l’aquaculture en expansion rapide et un cadre intégré exportable à l’échelle mondiale pour le permis social d’exploitation dans ce secteur, comblant ainsi une lacune importante dans les connaissances au sein du secteur, comme cela a été prouvé au Canada, en Europe et dans d’autres zones de premier plan à travers le monde où est pratiquée l’aquaculture marine. L’innovation réside dans l’intégration et la diversité de nouvelles connaissances touchant le permis social d’exploitation, lesquelles sont cocréées avec des intervenants clés et mènent à une compréhension améliorée du permis social, de la réglementation et du partage des ressources.

Chercheurs principaux

  • Lucia Fanning, Dalhousie University
  • Charles Mather, département de géographie, Memorial University of Newfoundland